Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les écolos du Pays de Riom
  • Les écolos du Pays de Riom
  • : Des élus, des militants de partis ou d'associations, des citoyens sans appartenance qui se reconnaissent dans les thèmes écolos.
  • Contact

PENSER GLOBAL AGIR LOCAL

Vous vous êtes résigné à voter utile pour les présidentielles, mais votre besoin d'écologie est resté insatisfait. L'urgence est derrière nous
 

 

Vous en avez assez de la crise économique ? 

Cette crise est sociale, environnementale et financière, c’est une crise systémique, dont on ne pourra sortir qu'en s'engageant dans de profonds changements. Les citoyens paient la crise provoquée par les banques d’affaires et les spéculateurs, avec l’assentiment des Etats.

Vous ne croyez plus que la croissance nous sauvera ? La recherche systématique de quelques centièmes de point de croissance supplémentaire ne résoudra pas l’affaire, contrairement à ce qu’on nous martèle chaque jour. La croissance qu’on a connue dans les années 70 est terminée, parce qu'elle se basait sur une consommation effrénée d'énergie et de matières premières qui s'épuisent aujourd'hui. Nous avons besoin d'un autre modèle de civilisation.

Vous voulez  recréer de l'emploi, et une transition énergétique durable, ambitieuse, la seule à même de limiter dans le temps l’augmentation du prix de l’énergie, protégeant votre santé et celle de vos enfants ?

La problématique écologique ne peut pas être simplement traitée par des solutions purement économiques, des ajustements mineurs. Les activités les moins polluantes, les énergies renouvelables, les circuits courts offrent plus d'emplois, et c’est un élément décisif aujourd’hui en période de crise et de montée du chômage. Remettre en question nos modes de vie, c’est franchir un pas déterminant pour traiter globalement la question écologique : la gestion des déchets, l’épuisement des ressources, les atteintes irrémédiables à la biosphère …


Et en plus, ça pourrait se faire dans la joie et la bonne humeur !

Moins de biens Plus de liens !

Recherche

15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 08:02

Logo charte petitDepuis le 20 juin 2012, Riom et Ménétrol font partie des quatre villes auvergnates ayant obtenu un "label 2 feuilles" (sur un maximum de 3) pour leur  engagement à réduire 

l’utilisation de produits chimiques dans les espaces publics. Cette obtention donne suite à un audit de la FREDON (Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles-organisme de référence sur le thème du végétal dans son environnement).

 La distinction " 2 feuilles" comprend les engagements suivants:

  • Réaliser un plan de d’entretien phytosanitaire des espaces communaux et en respecter les préconisations.
  • Tester des techniques alternatives au désherbage chimique.
  • Réaliser des aménagements pour supprimer les interventions chimiques et innover pour réduire la pollution des eaux par les pesticides.

 

En pratique un zonage est effectué sur la ville et les terrains en bord de rivière, et les zones étanches (risques de lessivage et d'envoie dans la nappe) ne sont plus traitées en phyto sanitaires. En grande majorité le désherbage est manuel et thermique.

Sur les 19 communes labellisées dans le Puy de Dôme, on peut aussi compter Volvic (une feuille) et mentionner Ytrac (Cantal), seule commune a avoir obtenue 3 feuilles !

A bientôt pour le niveau 3: NE PLUS TRAITER CHIMIQUEMENT!

en savoir plus sur la charte d'entretien des espaces publics: http://www.phyteauvergne.developpement-durable.gouv.fr

Repost 0
Published by riom écolo - dans Eau
commenter cet article
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 22:14

Si les eaux souterraines restent de relativement bonne qualité on peut noter des détections régulières de pesticides dans les ruisseaux et rivières de notre circonscription. En effet, pour qu’une eau soit considérée "potable", la concentration d’une molécule donnée ne doit pas dépasser 0,1 µg/L (et la somme des concentrations des molécules présentes dans l’eau ne doit pas dépasser 0,5 µg/L). Or environ 4 fois sur 5 ce seuil de 0,1 µg/L est dépassé (exemple de résultats du bassin versant du Bedat et par endroit sur celui de la Sioule) ! Retrouvez plus d'informations sur ce sujet, ici 

 

pesticidesSans surprise, les secteurs présentant une contamination régulière des eaux, avec un grand nombre et une grande variété de pesticides détectés, sont situés en zones de grande culture, mais aussi en zones urbanisées... En fait environ une moitié des pesticides détectés concerne l'usage agricole et l'autre moitié les collectivités (entretien des voies et des espaces publics) et des particuliers (jardin, désherbage) ! Ces pesticides posent un véritable problème de santé publique, et pas seulement pour les utilisateurs, qui sont les plus exposés. En effet, on les retrouve dans nos aliments : plus de 50% des fruits et des légumes produits par l’agriculture intensive en contiennent, et ils finissent finalement dans nos organismes, par le biais de l’eau et des aliments que nous consommons ... Des études de plus en plus nombreuses mettent en évidence l'impact des pesticides sur la santé humaine. Et l’exposition aux pesticides augmente le risque de développer de nombreuses maladies : cancer, malformations congénitales, problèmes d’infertilité, problèmes neurologiques ou encore système immunitaire affaibli ... Il est donc urgent d'agir ! L'agriculture intensive ne peut plus perdurer ainsi au détriment de l'humain.

 

Les écologistes proposent des mesures afin d'aider les agriculteurs à s'orienter différemment. Nos élus porteront une loi d’orientation agricole instaurant un nouveau pacte entre agriculture et société, avec une réforme des aides publiques qui seront fléchées vers l'emploi, l'environnement, l'autonomie des systèmes, la qualité, l'élevage extensif et la diminution de l’élevage industriel. Le soutien à l’agriculture biologique est une manière particulièrement efficace de lutter contre la pollution des eaux, notamment en incitant les collectivités à atteindre 20 % de leur surface agricole en AB, par acquisitions foncières publiques ou associatives (type terre de liens), baux environnementaux, ou “gel” des surfaces déjà en bio.

 

pesticides0001

La ville de Munich incite depuis 1991 les agriculteurs situés dans la zone d’influence des points de captage d’eau à se convertir à l’agriculture biologique. Au robinet des Munichois aujourd’hui, une eau pure et non traitée, comme vous pouvez le lire ici, ou écouter ..

Aux collectivités de montrer l'exemple aux particuliers en réduisant voire en supprimant l'usage des pesticides.D’ailleurs, beaucoup d'entre elles se sont engagées sur cette voie et les citadins se rendent compte qu’un peu de végétation spontanée apporte un air de campagne en ville.

Aux particuliers de prendre conscience qu'ils mangent ce qu'ils pulvérisent sur leurs légumes. Je trouve d'ailleurs cette affiche ministérielle particulièrement parlante...

 

Sortons du "tout aseptisé" ! Au fait, tout comme pour le nucléaire, pourquoi ne réduire que de 50 % l'usage de pesticides (prévision du plan ECOPHYTO 2018, initié à la suite du Grenelle Environnement) quand on peut faire encore mieux et plus vite ?

Repost 0
Published by agnesmollon-legislatives-riomcombrailles - dans Eau
commenter cet article