Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les écolos du Pays de Riom
  • Les écolos du Pays de Riom
  • : Des élus, des militants de partis ou d'associations, des citoyens sans appartenance qui se reconnaissent dans les thèmes écolos.
  • Contact

PENSER GLOBAL AGIR LOCAL

Vous vous êtes résigné à voter utile pour les présidentielles, mais votre besoin d'écologie est resté insatisfait. L'urgence est derrière nous
 

 

Vous en avez assez de la crise économique ? 

Cette crise est sociale, environnementale et financière, c’est une crise systémique, dont on ne pourra sortir qu'en s'engageant dans de profonds changements. Les citoyens paient la crise provoquée par les banques d’affaires et les spéculateurs, avec l’assentiment des Etats.

Vous ne croyez plus que la croissance nous sauvera ? La recherche systématique de quelques centièmes de point de croissance supplémentaire ne résoudra pas l’affaire, contrairement à ce qu’on nous martèle chaque jour. La croissance qu’on a connue dans les années 70 est terminée, parce qu'elle se basait sur une consommation effrénée d'énergie et de matières premières qui s'épuisent aujourd'hui. Nous avons besoin d'un autre modèle de civilisation.

Vous voulez  recréer de l'emploi, et une transition énergétique durable, ambitieuse, la seule à même de limiter dans le temps l’augmentation du prix de l’énergie, protégeant votre santé et celle de vos enfants ?

La problématique écologique ne peut pas être simplement traitée par des solutions purement économiques, des ajustements mineurs. Les activités les moins polluantes, les énergies renouvelables, les circuits courts offrent plus d'emplois, et c’est un élément décisif aujourd’hui en période de crise et de montée du chômage. Remettre en question nos modes de vie, c’est franchir un pas déterminant pour traiter globalement la question écologique : la gestion des déchets, l’épuisement des ressources, les atteintes irrémédiables à la biosphère …


Et en plus, ça pourrait se faire dans la joie et la bonne humeur !

Moins de biens Plus de liens !

Recherche

1 juillet 2016 5 01 /07 /juillet /2016 09:11

Merci à Que Choisir, qui a publié cet article sur le Roundup

Les États membres avaient refusé de se prononcer clairement sur l’interdiction ou la réautorisation du glyphosate. La Commission européenne vient donc de trancher pour eux, c’est oui au Roundup et à ses concurrents.

C’est l’épilogue d’un feuilleton qui ne grandit pas les dirigeants politiques. Appelés à se prononcer sur le renouvellement de l’autorisation du glyphosate, la matière active du célèbre Roundup (Monsanto) et des désherbants concurrents, ils avaient créé la surprise en mars dernier en refusant de voter sa réautorisation pour 15 ans comme le leur proposait la Commission européenne. Depuis, la Commission de Bruxelles était revenue plusieurs fois à la charge, en réduisant à chaque fois la durée d’autorisation initialement prévue. Elle avait d’abord ramené le renouvellement de 15 à 9 ans, sans succès.

Si bien qu’au 4e vote qui a eu lieu le 24 juin dernier, sa proposition n’était plus que de 18 mois. Les États membres ont à nouveau refusé de la valider, la Commission n’a pas obtenu la majorité qualifiée nécessaire au renouvellement.

En bonne logique démocratique, après ces 4 échecs de l’exécutif européen face aux États, le glyphosate aurait dû être interdit dans l’Union européenne dès ce 1er juillet.

Sauf que dans ce drôle de feuilleton, les États membres qui ont adopté une posture antiglyphosate n’ont fait que jouer au poker menteur. Les opposants se sont bien gardés de voter formellement contre le renouvellement, ils ont seulement refusé de voter pour, en s’abstenant. En droit européen ça change tout, ça revient à laisser la décision finale à la Commission de Bruxelles. Fidèle à sa proposition, l’exécutif européen vient donc de prolonger l’autorisation du glyphosate pour 18 mois, deux jours avant l’échéance couperet qui aurait mis fin à la commercialisation et à l’utilisation de ce désherbant dans toute l’Union européenne.

Avec une belle hypocrisie, les gouvernements qui n’ont pas soutenu la réautorisation de ce pesticide classé « cancérogène probable » par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) vont ainsi pouvoir se défausser de leur responsabilité sur la Commission européenne tout en permettant au monde agricole de continuer à désherber tant et plus à coups de glyphosate !

Partager cet article

Repost 0
Published by riom écolo
commenter cet article

commentaires